Archives du mot-clé guerre

Le démon est mauvais joueur (Return from the ashes)

Le démon est mauvais joueur

Un film dont je n’avais jamais entendu parler, bien que le livre dont est tiré le scénario (Le Retour des cendres de Hubert Monteilhet) fasse partie de ma liste des livres à lire. Le rôle tenu par Maximilian Schell (Stanislaus Pilgrin) donne mauvaise réputation aux grands maîtres d’échecs! Le scénario est tordu et nous rend parfois mal à l’aise par rapport à certaines situations. L’histoire raconte un triangle amoureux pas ordinaire…

Le démon est mauvais joueurLa première partie du film ce passe pendant la Deuxième Guerre mondiale. Un homme sans le sou ayant le désir de devenir un grand maître d’échecs rencontre une femme médecin (Ingrid Thulin) qui en tombe amoureuse. Ils se marient et dès la sortie de la mairie la femme est arrêtée par les nazis et envoyée dans un camp. Pendant son internement, son « mari » à une liaison avec la fille (Samantha Eggar) de celle-ci. Alors que tous la croient morte, plusieurs années après la guerre, la femme qui n’est plus l’ombre de ce qu’elle a été, retourne dans sa ville natale. Dans l’état où elle est, elle n’ose rencontrer ni son mari, ni ses amis. Mais le hasard en fait autrement et dès ce moment nous sommes transportés dans une sorte de chassé-croisé morbide.

Quelques scènes sont particulièrement réussies : La toute première du film, traduit bien toute la détresse psychologique du personnage principal suite sa détention, la rencontre improbable entre une femme médecin et un joueur d’échecs sans le sou (il aurait pu être poète vu son style de vie…), la mort de la fille.

Plusieurs choses font qu’il se démarque des autres films du genre : le rythme, la musique et l’état psychologique des personnages. Le film est du style Dial M for Murder, Sunset boulevard. Il serait triste qu’il tombe dans l’oubli. À voir!

Stanislaus Pilgrin: If there is no God, no devil, no heaven, no hell, and no immortality, then anything is permissible.

Réalisateur: J. Lee Thompson
Année : 1965
Musique : John Dankworth
Acteurs : Maximilian Schell dans le rôle de Stanislaus Pilgrin.
Samantha Eggar dans le rôle de Fabienne Wolf.
Ingrid Thulin dans le rôle de Dr. Michele Wolf.
Herbert Lom dans le rôle de Dr. Charles Bovard.
Le film : 

Return from the Ashes / [Import]

by

Price: CDN$ 25.08


Le livre :

RETURN FROM THE ASHES

by Hubert Monteilhet

Price:


L’affiche :  

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on RedditEmail this to someone

Échecs : sur les traces de Paul Morphy

Sur les traces de Paul MorphyPhilippe Clère. 45 pages. 9 images. Petit livre au format de poche. Ce livre tient plus d’une introduction que d’un livre… Les informations qu’il contient sont faciles à trouver sur Internet. On l’imagine bien dans la boutique d’un musée, plus attrape touriste qu’autre chose… Bien sûr, il nous fait connaitre l’époque de Morphy ( guerre de Sécession, développement économique, etc. ), mais le peu d’information sur le sujet même du livre nous laisse avec l’impression qu’il va nous falloir allez ailleurs si l’on veut vraiment connaitre ce célèbre joueur d’échecs…

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on RedditEmail this to someone

Stalag 17 : Un échiquier omniprésent

Stalag 17Aujourd’hui, c’est avec nostalgie que j’écris cet article. Lorsque j’étais petit, mon arrière-grand-père et moi aimions écouter les films de guerre. Souvent à cette époque, les films étaient traités avec peu de réalisme. Les soldats étaient courageux ou lâches, bons ou traîtres. Il y avait rarement de zone grise. Mon arrière-grand-père, qui lui avait fait la guerre, jusqu’à Berlin, ne discutait jamais de cela.
Lorsque je lui demandais de me parler de la guerre, il ne voulait pas. Le seul moment où j’ai été touché par ce qu’il avait vécu c’est lorsqu’il m’invita une fois voir un ami. Celui-ci me montra son tatouage, héritage d’un camp de concentration… il était juif. Je me souviens très peu de cette rencontre… En résumé, j’étais très jeune et mal à l’aise. L’endroit était petit. Il y avait de l’alcool sur la table et l’homme m’avait montré son bras tatoué.

Mon grand-père Léo à Berlin en 1945.
Mon arrière-grand-père Léo, à Berlin en 1945.

Venons-en maintenant au sujet de cet article : Stalag 17. C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai revu ce film de guerre. Il raconte les tentatives d’évasion de soldats détenus dans un camp de prisonniers de guerre en 1945. Parmi eux il y a un informateur et ils tenteront de le démasquer. Ce film correspond bien aux films de guerre de cette époque. Les alliés sont les bons et les Allemands les méchants. Ce film est une comédie dramatique, on est sensible à l’humour toujours présent. Les personnages sont stéréotypés presque à l’excès.

Le jeu d’échecs là-dedans, que vient-il y faire? Il est toujours là dans le dortoir des prisonniers. C’est tout ce que je peux dire à son sujet! À vous de voir l’importance qu’il a dans ce film…

Tiré à l’origine d’une pièce de théâtre, ce film a été réalisé par Billy Wilder. Ce qui lui permit de remporter l’Oscar du meilleur réalisateur (1953). Il a réalisé d’autres films tout aussi divertissants et qui comme le bon vin, vieillissent bien! En voici quelques-uns : Irma la douce, Some like it hot, Sunset Boulevard etc. En fait, c’est le genre de réalisateur dont on aime revoir les films, même s’ils datent d’une autre époque.

Voici un extrait vidéo :

Le DVD :

Stalag 17

by

Price:

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on RedditEmail this to someone