Archives du mot-clé jeu

La psychologie au jeu d’échecs de Nikolaï Kroguious

Psychologie aux jeu d'échecs

Psychologie aux jeu d'échecsNikolaï Kroguious est un joueur d’échecs (GMI), entraîneur et psychologue.  Son livre est axé sur les facteurs psychologiques pouvant influencer un joueur lors d’une partie. Donc, avec ce livre, il ne faut pas s’attendre à une étude sur les maladies mentales des grands joueurs d’échecs. Les comportements humains, l’environnement et les perceptions  sont des facteurs pouvant influencer psychologiquement le déroulement d’une partie. L’obligation de jouer pour le gain, de forcer la nulle pour se sortir d’un guêpier, de jouer sous pression de temps, de jouer contre un adversaire belliqueux, l’obligation de contrôler ses émotions tout au long de la partie font partis de la réalité d’un joueur d’échecs.  Un des points forts du livre est l’expérience de tournoi de l’auteur. Grâce à cela, il exprime bien les inquiétudes du joueur. Les  exemples mentionnés dans cet ouvrage sont basés sur des situations réelles de jeu entre grands maîtres. Malheureusement, les analyses de parties suites à ces exemples fortement intéressants, nous laissent sur notre appétit puisque dans la majorité des cas, on n’a pas droit à la fin de la partie…

L’utilité première de ce livre est sans aucun doute de permettre à un joueur d’en apprendre davantage face aux situations de jeu auxquelles tout joueur est confronté. Connais-toi toi-même, est une obligation pour viser de meilleures performances aux échecs comme dans n’importe quel domaine. Nous avons tous nos faiblesses sur l’échiquier et elles deviennent évidentes lorsque nous effectuons une analyse de nos défaites. Ce que l’on oublie, c’est que sous-jacent à l’analyse des coups joués, le facteur psychologique est beaucoup moins évident à déceler et est parfois le facteur principal de nos défaites et de nos victoires.

Le livre est parsemé de citations de grands maîtres célèbres dont Botvinnik, Capablanca, Lasker, etc.

 

PSYCHOLOGIE AU JEU D'ECHECS

by NICOLAÏ KROGUIOUS

Price: CDN$ 29.95

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on RedditEmail this to someone

Open Reykjavik 2013 – un tournoi d’échecs très près de la Saint-Valentin…

Reykjavik Open - Un tournoi d'échecs près de la St-Valentin!

 

C’est bientôt la Saint-Valentin et si vous êtes comme moi, un petit voyage là-bas vous ferait plaisir! Puisque ce tournoi d’échecs se tient à quelques jours de cette fête, cela m’a inspiré ce dessin. Allez! Bonne Saint-Valentin à tous!

L’Open Reykjavik 2013 se tiendra pour la 28e fois du 19 au 27 février 2013, à l’Harpa, une salle de concert et un centre des congrès situé à Reykjavík, capitale de l’Islande.

Où est l’Islande? C’est ici sur Google Maps – Islande

Le site officiel : http://www.reykjavikopen.com
La page du tournoi sur Facebook : Reykjavik Open Chess

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on RedditEmail this to someone

HPE : le journal hebdomadaire électronique d’échecs Québécois

Hébert Parle ÉchecsHPE est une infolettre rédigée par le maitre international québécois Jean Hébert. Il semble curieux d’écrire un article sur une infolettre, mais celle-ci vaut la peine que l’on s’y attarde. Depuis mars 2008, toutes les semaines, M. Hébert nous tient au courant de l’actualité échiquéenne. Bien que le titre de cette infolettre vise le marché québécois, les articles et analyses de partie ne sont pas réservés à cet univers échiquéen. Ce que l’on aime le plus est la constance de cette infolettre, autant dans la qualité des analyses de parties que par celle des articles présentés par M. Hébert.

Vous y trouverez des résultats de tournoi et comme dans tout site ou magazine traitant du jeu d’échecs, des problèmes terminent ce magazine électronique avec sa section : « Trouvez le tacticien en vous! » Bien entendu, ce n’est pas l’équivalent du mensuel Europe Échecs, ni celle d’un Chess life, mais c’est tout de même un « must » pour toute personne intéressée par l’actualité échiquéenne québécoise. Pour ma part, cette infolettre comble mes besoins. Noter qu’il n’en coûte rien pour s’y inscrire, alors profitez-en!

HPE : le journal hebdomadaire électronique d’échecs Québécois http://www.hebertparleechecs.com

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on RedditEmail this to someone

Échiquier à quatre

Échiquier à quatreÉchiquier à quatre.

Ce weekend, c’était le moment idéal pour apporter au chalet un jeu d’échecs à quatre joueurs que ma conjointe m’a donné en cadeau. Mes amis échéphiles et moi étions curieux de connaître les nouveaux aspects que cet échiquier à quatre apportait au jeu d’échecs.

Au premier abord, le design de la boîte me laisse perplexe. L’emballage, de toute évidence, n’a pas été choisi par un spécialiste du marketing. Les pièces sont petites, mais suffisamment grandes pour que l’on soit à l’aise à les utiliser. Le plateau offre l’échiquier à quatre joueurs d’un côté et de l’autre un échiquier normal. Il ne comporte pas l’alphanumérique pour faciliter l’écriture des parties.

Les règlements :

Bien que la mention sur le dessus de la boite indique: « Aucune dérogation de règles… » et que dans la partie règlements : « Toutes les règles du jeu traditionnel s’appliquent. », le texte descriptif pour le pion nous laisse perplexe : « Si le pion atteint la deuxième rangée de la zone adverse, il change de direction et peut atteindre la dernière rangée devant lui soit en avançant si la case est libre, soit en prenant possession d’une autre pièce en diagonale et ainsi le remplacer par une de ses pièces manquantes. ». Je signale que la version anglaise est aussi ambigüe… L’aspect pas très clair est la promotion d’un pion. Si l’on atteint la dernière rangée d’un des adversaires situés à côté de nous, cela nous permet-il de faire la promotion? Les opinions entre nous étaient divergentes. L’un des arguments est que les joueurs de côté sont des adversaires autant que celui d’en face, donc la promotion devrait y être possible. Le deuxième point à relever est que la prise en passant n’est plus autorisée… on n’a pas vu l’utilité de retirer ce coup lorsqu’il concerne l’adversaire face à nous… De plus, lorsqu’un adversaire est mat il doit retirer ses pièces du jeu. J’étais le seul à vouloir qu’elles y restent!

Les joueurs jouent à tour de rôle, non dans le sens horaire (ou antihoraire) mais selon leur couleur : les blancs en premier, suivi des noirs, ensuite celui situé à la droite des blancs et se poursuit avec le tour de l’adversaire face à lui.
L’on peut aussi jouer en équipe. Dans ce cas, le joueur des blancs et le joueur à sa droite forment une équipe contre les deux autres. Mais nous n’avons pas joué cette variante.

Stratégie

Dès le début, le jeu apparait complexe et semble avoir des lacunes. Tout d’abord, à peine le jeu commencé, les fous peuvent être échangés, mais aucun ne voulait faire ce mouvement de peur de créer un affaiblissement qui pourrait être nuisible puisqu’il resterait sur l’échiquier deux autres adversaires ayant toutes leurs pièces! Cela amène un début de jeu prudent.
L’autre curiosité est qu’il y a trois joueurs qui vont jouer avant votre prochain tour. Lorsque deux (ou trois) joueurs attaquent l’un à la suite de l’autre un joueur, cela amène pratiquement la perte d’une pièce. Cette nouvelle dimension (multitempo) provoque un zugzwang et complexifie de beaucoup le jeu.
Mater l’adversaire sans l’accord tacite des autres semble être une chose impossible… Pendant la partie, j’ai obtenu une position permettant un mat au coup suivant sur le joueur situé à ma droite en sacrifiant une pièce. Mais en moins de trois coups (ceux de mes adversaires, c’est-à-dire que je n’ai pas joué…), j’ai été maté par une Dame soutenue par une tour de couleur différente ! La tour n’avait pas mangé la Dame!

Appréciation

Pour ma part, j’ai eu du plaisir à y jouer. L’aspect le plus intéressant du jeu est sa complexité lorsque des joueurs s’unissent pour attaquer un adversaire. Mes copains par contre, ont un avis plus mitigé: deux d’entre eux y rejoueraient sans plus d’intérêt. Et le dernier préfère s’en tenir au jeu traditionnel.

Le site du fabricant : Masteray

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on RedditEmail this to someone